Aller au contenu principal

COURSE CAMARGUAISE

De tout temps les jeux de taureaux ont existé en Camargue et en petite Camargue, mais il aura fallu attendre le Marquis de Barroncelli pour que la course camarguaise se codifie dans une période où les élevages de taureaux de Camargue étaient en forte baisse.

Le principe de la course camarguaise est simple : il s’agit de l’affrontement dans une arène, entre le cocardier (taureau) et le raseteur (homme).

Le cocardier porte plusieurs attributs, une cocarde (petit bout de tissu rouge sur le frontal), 2 glands (un à chaque corne) et des ficelles (à chaque corne, variant entre 8 et 12 tours). Les hommes doivent démontrer leur adresse et lever les attributs sur la tête du cocardier à l’aide d’un crochet. Chaque attribut porte une prime, plus ou moins forte, et qui augmente au fur et à mesure du temps de course. Chaque cocardier effectue 15 minutes de course, sauf dans le cas où l’ensemble de ses attributs est levé avant la fin du temps réglementaire. On récompense en course camarguaise les belles actions en piste par la musique de « Carmen ».
A la fin de chaque temporada, le Prix du Meilleur Taureau est décerné : « Le Biou d’Or ». Ce prix fait la fierté et la réputation du manadier (éleveur de taureaux de Camargue) et récompense bien souvent le travail de sélection de nombreuses années.

camargue